Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire

Accueil | À propos de nous | Pointe-Claire | Projets | Réalisations | Photos
Activités | Votre implication | Revue de presse | Communications | Nous contacter | Liens intéressants


Pointe-Claire

Historique de la 3e église

La troisième église
La troisième église, le couvent et le moulin
Source : Canadian Illustrated News, 17 juillet 1880,
Archives nationales du Québec
   
S'il est un terme qui convient bien au contexte entourant l'édification de la troisième église actuelle, c'est bien « malchance ». D'abord, dépassement des coûts prévus, ensuite abandon du chantier par l'entrepreneur général alors que les travaux sont en cours et pire encore, un incendie qui oblige à recommencer tout le gros oeuvre. Afin de comprendre cette succession d'événements qui ont marqué l'histoire de l'église actuelle il faut revenir un peu en arrière; à la construction de la troisième église dont l'actuelle reprend la facture.

La deuxième église devant subir de nombreuses rénovations, les paroissiens formulent une requête pour l'édification d'un nouveau temple. En août 1857, ils adressent une requête à nul autre que Mgr Ignace Bourget, évêque de Montréal. C'est grâce à cette requête que nous savons que des émanations « malsaine [s] » et « très préjudiciable à la santé publique » ont aussi servi de motif à l'appui de celle-ci. Car « un grand nombre de corps [étaient] enterrés dans l'église depuis quelques années »! À l'époque, l'enfouissement des corps sous l'église était d'usage courant; on démontait le plancher et les dépouilles étaient enterrées sous leur banc - après une centaine d'année de cette façon de faire, on peut facilement imaginer que les odeurs émanant du sous-sol pouvaient incommoder les fidèles -.

L'évêché de Montréal répond par l'affirmative à la demande des paroissiens; ainsi une nouvelle église de même qu'une nouvelle sacristie seront bâties.

Il faut attendre toutefois en 1858 pour que l'on invite l'architecte Victor Bourgeau à en dresser les plans. Victor Bourgeau est alors probablement l'architecte le plus connu et le plus actif dans le Montréal d'après 1850. Il s'est gagné une enviable réputation particulièrement dans le domaine de l'architecture religieuse. Pour l'église de Pointe-Claire, il s'inspire d'un concept architectural de style néo-gothique qu'il a réalisé pour l'église Saint-Pierre-Apôtre qu'il vient tout juste de terminer. De nombreux délais — une grave crise économique survient — repoussent le début des travaux à l'année 1868, puis le désistement de l'entrepreneur Herménégilde Viau dit Jeanveau en 1870 marque l'entrée en scène d'Alcibiade Leprohon, architecte et principal collaborateur de Bourgeau et de François-Xavier Archambault, le nouvel entrepreneur. La réalisation de l'ensemble architectural est poursuivie jusqu'en 1876. La décoration intérieure sera réalisée de 1879 à 1881. Le temple n'est pas aussitôt achevé que survient, le samedi saint du 17 avril 1881, un feu dans la deuxième église — sise à l'est. Les vents aidant, le feu se communique à la nouvelle; les deux églises de Pointe-Claire sont détruites.

La première église | La deuxième église | La quatrième église | Une architecture monumentale | Page principale